Financer le rachat de la patientèle d'une infirmière libérale

financement patientele infirmiere liberale

Racheter la patientèle d'une autre infirmière, c'est souvent un bon investissement pour bien vivre de ce métier. C'est aussi parfois la seule solution pour exercer en libéral dans une zone surdotée. Voici quelques conseils incontournables pour bien préparer cette étape essentielle de votre carrière professionnelle.

 

Comment évaluer le montant de l'emprunt pour racheter une patientèle ?

Appréhender l'activité d'un autre infirmier ou d'une autre infirmière sous un angle strictement comptable peut faire peur. Cette crainte est légitime, surtout si vous avez précédemment exercé de façon salariée, dans une structure de soins ou dans un établissement de santé.
Évaluer la santé d'un cabinet sur un plan arithmétique, en mettant de côté tout ce qui relève de l'émotionnel, est pourtant indispensable. N'hésitez pas à solliciter pour cela l'aide d'un expert-comptable, qui vous posera notamment les questions suivantes :

  • La zone dans laquelle vous souhaitez vous installer est-elle sur ou sous-dotée ? En fonction de l'emplacement, des aides publiques peuvent faciliter votre installation, tout comme des droits d'enregistrement réduits.
  • Que devez-vous racheter exactement ? Faites-vous l'acquisition des parts sociales d'une Société Civile Professionnelle (SCP), d'une Société d'Exercice Libéral (SEL) ou d'une Société Civile de Moyens (SCM) ? Dans ce dernier cas, devez-vous aussi racheter les parts sociales de la SCI qui possède éventuellement le local du cabinet ? Ou ne rachetez-vous que le droit de présentation de la patientèle ?
  • Quel est le montant des honoraires encaissés sur les 3 dernières années ? L'infirmier cédant doit vous communiquer ses dernières déclarations fiscales 2035. Recoupez cette information avec ses relevés SNIR (Système National Inter Régimes) et RIAP (Relevé Individuel d'Activité et de Prestations), tous deux transmis par la CPAM.
    Ces documents doivent vous permettre de cerner objectivement la qualité de la patientèle, et la répartition des actes effectués.

Muni de tous ces paramètres, vous appréhenderez mieux le prix de cession de la patientèle, souvent compris entre 30 et 50% de la moyenne des honoraires encaissés durant les 3 dernières années.



Frais et charges : à quoi devez-vous penser dans votre plan de financement ?

Établir un prévisionnel exhaustif permet bien sûr d'évaluer correctement le montant de l'emprunt à réaliser. Ce chiffrage vous aide aussi à préparer la rédaction du contrat de présentation, qui régit la cession de la patientèle de tout infirmier libéral (IDEL).

La convention comprend-elle le droit au bail ? Quel est le montant du loyer ? Ou devez-vous souscrire un crédit immobilier pour racheter les murs ? Faut-il prévoir un rafraîchissement du cabinet ?
Qu'en est-il du matériel médical et informatique ?

Pensez aussi à inclure dans votre prévisionnel le coût de l'achat, de la location et de l'entretien de votre véhicule, ainsi que celui des fournitures courantes.
L'intervention d'un expert-comptable est incontournable, et celle d'un professionnel du droit est vivement conseillée. Tenez compte de leurs honoraires.
Il est sage de prévoir une ligne pour le Besoin en Fonds de Roulement (BFR). La mise en place du remboursement de vos actes par la Sécurité Sociale peut prendre du temps. Or, dans certains cabinets infirmiers, la part du tiers payant est très élevée.
Enfin, pour établir un prévisionnel réaliste, vous devez tenir compte de votre train de vie réel, et de son éventuel financement pendant la phase de démarrage.

Il faut garder à l'esprit que la cession d'une patientèle diffère de la vente d'un fonds de commerce. Si votre confrère ou votre consoeur vous présente à ses patients, l'article 1110-8 du code de la Santé Publique consacre leur liberté de choix. Même si cela n'arrange pas vos affaires, ceux-ci peuvent tout à fait sélectionner un autre professionnel de santé pour leurs soins ambulatoires !
Or, vous devez couvrir tous vos besoins financiers, malgré ce possible déficit de patients pendant la phase de démarrage. Le paiement de vos impôts, ou le remboursement d'un prêt immobilier n'attendront pas.



Différentes pistes pour obtenir un financement

Maintenant que vous avez correctement estimé le coût total de l'opération, vient le moment de choisir le bon partenaire financier.

Selon la qualité de votre relation, vous pouvez vous adresser à votre banquier habituel.
D'autres organismes sont spécialisés dans le financement des professionnels de santé. Mais s'ils connaissent parfaitement ce type d'opérations, ils ont parfois plus de mal à tenir compte de vos besoins financiers non professionnels.

Alors, aussi étonnant que cela puisse paraître, de nombreux infirmiers font appel à un organisme de courtage en crédits pour financer le rachat d'une patientèle.

Un courtier en crédits est capable d'inclure dans une seule et même opération financière la totalité de vos prêts en cours, en plus de vos nouveaux besoins de trésorerie.
Imaginons par exemple que vous deviez faire face au reliquat d'un prêt souscrit pour financer votre formation initiale. Ajoutons à cela un crédit immobilier, et quelques autres crédits de moindre importance : voiture, consommation, travaux, etc.

Un courtier en crédits saura réaménager vos différents emprunts, afin d'alléger durablement le montant de vos mensualités. Le remboursement de votre unique ligne de crédit s'en trouvera un peu ralenti.
Mais vous aborderez de façon bien plus sereine cette nouvelle étape de votre carrière professionnelle !

Vous souhaitez consulter gratuitement et sans engagement un courtier en crédits ? N'hésitez pas à remplir dès aujourd'hui notre formulaire en ligne.

NOS HORAIRES
Du lundi au vendredi : 9h - 18h

Actu du Rachat de crédits